Aux sources du combat contre les piscines à vague à Hawaï


Une vision globale

Hawaï est un archipel de 137 îles situé au milieu du Pacifique, à 3800 km des côtes californiennes. Il était habité par des peuples polynésiens depuis plusieurs siècles à l’arrivée de l’explorateur britannique James Cook en 1778. Depuis 1959, c’est le 50e état des Etats-Unis d’Amérique. Les autochtones hawaïens comptent aujourd’hui pour 22 % de la population. Le mode de vie traditionnel hawaïen inclut la spiritualité locale (le Hoʻoponopono) et la pratique du surf. Cette dernière a connu un renouveau populaire à partir du milieu du XXe siècle, et s’est depuis répandue de par le monde.

Hawaii3
La pratique du surf dans un but récréatif remonterait à l’arrivée des premiers colons polynésiens à Hawaï au 4ème siècle.


L’eau douce est nommée « wai » par les hawaïens. Les anciens hawaïens la considéraient comme sacrée et étaient tenus de ne prélever dans les rivières que les quantités d’eau qui leur étaient absolument indispensables et de la partager. A tel point qu’en hawaïen, la loi est appelée kānāwai (« partage équitable de l’eau ») et la prospérité « waiwai ».

L’alimentation en eau de la population d’Hawaï est désormais basée sur des aquifères, des nappes souterraines d’eau douce. En 2021, une fuite importante de kérosène s’est produite sur un site de l’US Navy, à Red Hill, près de la base navale de Pearl Harbor, où des réservoirs contenant du carburant en décomposition étaient stockés. Le principal aquifère, situé 30 mètre plus bas, a été contaminé, empoisonnant des milliers de personnes et causant des dommages irréversibles pour l’approvisionnement en eau de l’île d’O’ahu où se trouve la capitale Honolulu. La communauté des défenseur·ses de l’eau d’O’ahu avait pourtant mis en garde contre un tel accident depuis 2014, suite à de précédentes fuites.

Hawaii4
Manifestation pour demander la fermeture du site de stockage des carburants de Red Hill qui a contaminé l’aquifère d’O’ahu, empoisonnant de nombreux habitants et réduisant fortement les ressources en eau potable utilisables sur l’île.


Au printemps 2023, un premier surfpark a ouvert sur la côte d’O’ahu, nommé Wai Kai. C’est le plus grand surfpark à vague statique du monde, d’une contenance de 6 400 m3 d’eau douce. Dans ce contexte de pression sur l’eau, il avait suscité un premier mouvement d’opposition.

Un projet de piscine à vague, ynamique de technologie Wavegarden est désormais envisagé à 2 km du premier surfpark à l’intérieur des terres. Le projet a déclenché un important mouvement de protestation aboutissant à une procédure judiciaire devant le tribunal environnemental de l’Etat d’Hawaï, pour les raisons suivantes :

  1. Le bassin nécessiterait 26 000m3 d’eau potable (le volume d’un grand bassin Wavegarden).
  2. L’île d’O’ahu est en pleine crise de l’eau à cause des fuites à Red Hill en 2014, 2021, et 2022, qui ont abouti à la fermeture permanente de trois forages majeurs.
  3. Le site choisi pour le surfpark inclut un iwi kūpuna, un site sacré contenant d’anciennes sépultures.
  4. O’ahu n’a qu’un seul aquifère pour alimenter une population d’1 million de personnes, et les promoteurs annoncent vouloir injecter tous les deux ans les eaux de vidange* chargées en produits désinfectants du gigantesque bassin dans le sous-sol karstique, risquant de contaminer l’aquifère.
  5. Le site inclut des grottes et des puits et fait partie d’un écosystème qui soutient des zones littorales d’eau saumâtre où poussent des algues alimentant les poissons pêchés dans l’île.
  6. Cette piscine à vague vise une clientèle internationale et fait partie d’une industrie qui n’est pas durable. Elle utilise l’imagerie du surf pratiqué par les autochtones depuis des siècles sans réelle contrepartie pour beaucoup d’entre eux. En fait, à Hawaï, on trouve à la fois les plus faibles salaires des Etats-Unis et les prix les plus élevés de l’immobilier, à cause de la pression touristique.
  7. A quelques kilomètres du site, il y a encore des familles sans accès sûr à l’eau potable.

*Au moins, ils assument devoir vidanger les bassins, contrairement aux promoteurs du projet à Canéjan !

Hawai2
Manifestation contre le projet « Honokea surf village » (Kapolei, O’ahu). Ola i ka Wai : L’eau, c’est la Vie . Surf da Kai, not da Wai : surfe dans l’océan, pas dans l’eau douce.


Note finale. En août 2023, un violent incendie, attisé par de forts vents de l’ouragan Dora, a ravagé la ville de Lahaina à Maui, une autre île de l’archipel. Beaucoup d’habitants ont été surpris par le feu au dernier moment, près d’une centaine sont décédés et des dizaines d’entre eux ont dû se jeter à la mer pour échapper aux flammes. La région de Lahaina, historiquement une zone humide, a été asséchée par le prélèvement d’eau pour irriguer les monocultures et le réchauffement climatique, aboutissant à ce désastre. Certaines bouches d’incendie utilisées par les pompiers ont manqué d’eau ou de pression.